En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Prix jeune mousquetaire

Le gagnant 2017 ?

Par HELENE FARTHOUAT, publié le lundi 29 mai 2017 11:45 - Mis à jour le vendredi 9 mars 2018 09:06

Les premiers romans séduisent toujours

Publié le par Roland Houdaille.

 

Les premiers romans séduisent toujours
Christian Peyret remet le chèque de 1 000 euros au lauréat. À droite, Julia Granier, présidente de la junior association.
Photo Jean-Paul Campistron

 

 

Les Rencontres littéraires de Nogaro ont été créées par la junior association Un Livre dans la poche, avec le professeur Éric Busson. Elles sont devenues aujourd’hui l’événement littéraire le plus important du Gers. Outre le lycée D’Artagnan de Nogaro, elles impliquent à présent ceux de Condom, Mirande, Lectoure, Vic-Bigorre et Valence (Espagne).

 

Vendredi dernier, cette 12e édition des Rencontres et du prix littéraire Jeune Mousquetaire du premier roman a attiré beaucoup d’adultes. Tous ont voulu rencontrer les auteurs dont le premier roman a été sélectionné pour concourir, mais aussi les anciens auteurs sélectionnés et/ou primés, comme Alain Guyard (pour « La Zonzon »), qui sont venus discuter de leur métier et de leurs projets.

Ces Rencontres apportent aux écrivains un contact direct avec le public qu’ils ne trouvent pas ailleurs, et ils repartent ravis. Comme Jean-Marc Ceci, lauréat, cette année, pour « Monsieur Origami ». Il écrit : « Quelles rencontres ! Je vous remercie du fond du cœur […]. Pour votre spontanéité, vos gentilles paroles, vos regards silencieux, la couronne, vos origamis, vos dédicaces. Vous m’avez impressionné et touché […]. Je vous souhaite de continuer, ce que vous faites est formidable. »

Alain Guyard toujours fidèle

En marge des Rencontres, Alain Guyard, dont le succès a débuté avec son prix Jeune Mousquetaire à Nogaro, et qui revient chaque année, a reçu de Christian Peyret, maire de Nogaro, la médaille de la Ville. Cet auteur, qui se définit comme « un philosophe forain », donne des cours de philosophie dans les prisons, les centres d’accueils, les bistrots, etc. Le film « La Philo vagabonde », sorti en salle, le met en scène et contribue, comme ses publications, à sa notoriété (1).

(1) http ://laphilovagabonde.com/alain-guyard/

les auteurs

Marie Barthelet pour « Celui-là est mon frère », aux éditions Buchet-Chastel ; Omar Benlaala pour « L’Effraction », aux éditions de L’Aube, Jean-Marc Ceci pour « Monsieur Origami », aux éditions Gallimard, Élodie Llorca pour « La Correction », aux éditions Rivages et Laurent Rigoulet pour « Brûle », aux éditions Don Quichotte.

Pièces jointes
Aucune pièce jointe