4 articles

Le gagnant 2017 ?

Par HELENE FARTHOUATPublié le 29 mai 2017 à 11:45 ♦ Mis à jour le 29 mai 2017 à 11:45

Les premiers romans séduisent toujours

Publié le par Roland Houdaille.

 

Les premiers romans séduisent toujours
Christian Peyret remet le chèque de 1 000 euros au lauréat. À droite, Julia Granier, présidente de la junior association.
Photo Jean-Paul Campistron

 

 

Les Rencontres littéraires de Nogaro ont été créées par la junior association Un Livre dans la poche, avec le professeur Éric Busson. Elles sont devenues aujourd’hui l’événement littéraire le plus important du Gers. Outre le lycée D’Artagnan de Nogaro, elles impliquent à présent ceux de Condom, Mirande, Lectoure, Vic-Bigorre et Valence (Espagne).

 

Vendredi dernier, cette 12e édition des Rencontres et du prix littéraire Jeune Mousquetaire du premier roman a attiré beaucoup d’adultes. Tous ont voulu rencontrer les auteurs dont le premier roman a été sélectionné pour concourir, mais aussi les anciens auteurs sélectionnés et/ou primés, comme Alain Guyard (pour « La Zonzon »), qui sont venus discuter de leur métier et de leurs projets.

Ces Rencontres apportent aux écrivains un contact direct avec le public qu’ils ne trouvent pas ailleurs, et ils repartent ravis. Comme Jean-Marc Ceci, lauréat, cette année, pour « Monsieur Origami ». Il écrit : « Quelles rencontres ! Je vous remercie du fond du cœur […]. Pour votre spontanéité, vos gentilles paroles, vos regards silencieux, la couronne, vos origamis, vos dédicaces. Vous m’avez impressionné et touché […]. Je vous souhaite de continuer, ce que vous faites est formidable. »

Alain Guyard toujours fidèle

En marge des Rencontres, Alain Guyard, dont le succès a débuté avec son prix Jeune Mousquetaire à Nogaro, et qui revient chaque année, a reçu de Christian Peyret, maire de Nogaro, la médaille de la Ville. Cet auteur, qui se définit comme « un philosophe forain », donne des cours de philosophie dans les prisons, les centres d’accueils, les bistrots, etc. Le film « La Philo vagabonde », sorti en salle, le met en scène et contribue, comme ses publications, à sa notoriété (1).

(1) http ://laphilovagabonde.com/alain-guyard/

les auteurs

Marie Barthelet pour « Celui-là est mon frère », aux éditions Buchet-Chastel ; Omar Benlaala pour « L’Effraction », aux éditions de L’Aube, Jean-Marc Ceci pour « Monsieur Origami », aux éditions Gallimard, Élodie Llorca pour « La Correction », aux éditions Rivages et Laurent Rigoulet pour « Brûle », aux éditions Don Quichotte.

Le vainqueur est ?

Par HELENE FARTHOUATPublié le 31 mai 2016 à 13:29 ♦ Mis à jour le 21 mars 2017 à 12:05

 

logo-sud-ouest

 

Quel étonnement d'entendre les romanciers présents aux Rencontres littéraires de Nogaro, vendredi, avouer que ce n'était pas eux, mais leurs personnages,...

Quel étonnement d'entendre les romanciers présents aux Rencontres littéraires de Nogaro, vendredi, avouer que ce n'était pas eux, mais leurs personnages, qui décidaient du scénario de leurs romans ! Plus étonnant, leurs personnages les plus noirs ont tous quelque chose de leurs créateurs ! « Ils viennent forcément de votre parcours personnel », déclare Pascal Dessaint. S'il le faut, « je me révèle être le plus grand des sociopathes », ajoute Niko Tackian.

 

 

Immersion, obsession…

Tous sont d'accord avec Alain Guyard : ils vivent « une possession ». Et il ne faut pas devenir fou, malgré les insomnies… Carole Zalberg, présidente du jury 2016, explique : « Il est difficile de se dissocier des personnages, puisqu'on y met beaucoup de soi. » Pascal Manoukian cherche la frontière entre l'interview réelle (il est journaliste) et l'interview de lui-même par ses personnages. Deborah Lévy-Bertherat parle d'un de ses personnages qu'elle voulait tuer et qui ne s'est pas laissé faire ! Pour Alain Guyard, le lecteur reproduit ce phénomène d'immersion dans les personnages, car « il s'identifie à eux ».

Un plan, un scénario ? Aucun d'entre eux n'en fait ! Ils vivent avec leurs personnages jusqu'à ce que l'histoire soit mûre, puis ils l'écrivent, entraînés par les personnages. Et le titre, comment est-il composé ? Là, les situations sont différentes. Certains s'en remettent à leurs éditeurs. Et ceux-ci cherchent à trouver un titre qui fait vendre. D'autres, comme Carole Zalberg, tiennent à leur titre comme à leur bébé. Pour Pascal Dessaint, le titre est la première phrase du roman et, en changer, reviendrait à mutiler l'œuvre.

Le lauréat 2016 est…

C'est le premier roman d'Éric Le Guilloux, « Les Haines en moins » (Daphnis & Chloé) qui obtient le prix Jeune Mousquetaire du premier roman et le chèque de 1 000 euros de la commune. C'est l'histoire d'un homme blessé, qui se relève physiquement et moralement grâce à une amitié.

Carole Zalberg et les autres écrivains ont dit leur joie d'avoir écouté les échanges des jeunes sur les romans en lice.

À noter que la première partie de l'après-midi était consacrée à des débats avec les écrivains invités et que ceux-ci ont dédicacé leurs œuvres « à tour de bras ».

Roland Houdaille

Carole Zalberg à la rencontre des élèves

Par HELENE FARTHOUATPublié le 15 déc. 2015 à 16:12 ♦ Mis à jour le 21 mars 2017 à 12:04

sudouest.fr

 

 

Cinq romans en lice dans le prix lycéen

Vendredi, les lycéens ont rencontré la romancière Carole Zalberg, présidente du jury des élèves qui élira le lauréat du prix littéraire Jeune Mousquetaire du premier roman 2016. Les cinq ouvrages en lice ont été présentés.

Éric Busson, le professeur à l'initiative de cette manifestation littéraire, devenue la plus grande du Gers, invite tous les élèves à rejoindre le jury. Seuls ceux qui le souhaitent en font partie, avec des lycéens de Mirande, Condom, Lectoure et Valence (en Espagne). Cette élection a pris de l'importance en dix ans et elle a débouché sur les Rencontres littéraires de Nogaro. Les lycéens échangeront avec les auteurs toute la journée du vendredi 20 mai 2016.

Des ouvrages accessibles

Vendredi, Ophélie, présidente de la junior association Un Livre dans la poche, a ouvert la réunion, puis des lycéens ont présenté les cinq romans en lice : « Les Haines en moins » d'Éric Le Guilloux (aux éditions Daphnis et Chloé), « Les Échoués » de Pascal Manoukian (Don Quichotte), « Today we live », d'Emmanuelle Pirotte (Cherche-Midi), « Quelque part avant l'enfer », de Niko Tackian (Scrineo) et « Appartenir », de Séverine Werba (Fayard).

« Ces romans ne sont pas épais. Auteurs et éditeurs sont en France. Les sélections sont de plus en plus belles et chaque roman est lu au moins trois fois. On les trouvera en divers lieux de Nogaro », souligne Éric Busson.

Roland Houdaille

Un prix qui se développe

Par HELENE FARTHOUATPublié le 26 nov. 2015 à 11:18 ♦ Mis à jour le 21 mars 2017 à 12:03

 logo-sud-ouest   

Jeune mousquetaire : un prix en plein essor

La journée de rencontres avec les auteurs de romans et de remise du prix Jeune mousquetaire est la plus importante manifestation littéraire du Gers. C'est ce qu'a annoncé Éric Busson, le professeur de lettres à l'origine de la création de la junior association (1) Un Livre dans la poche.  Il s'adresse aux 39 lycéens présents : « Votre engagement est important ! Il s'agit de promouvoir la lecture pour tout le monde. »

Les membres du bureau, en terminale en 2014-2015, sont partis. Le nouveau bureau : Ophélie Despouys est présidente, Alexandre Douelle, trésorier, Guillaume Gual, secrétaire et Manon Lazorthes, attachée de presse.

Le bilan financier est au vert. Les fonds sont apportés par des institutionnels : la MSA, le Conseil régional et le Conseil départemental. Les grosses dépenses sont liées aux invitations des romanciers pour les Rencontres littéraires. La MSA vient de donner 4 000 euros. Peut-être fera-t-on appel au privé.

Bientôt Valence et Lectoure

L'association organise depuis 2006 le prix Jeune Mousquetaire du premier roman, seul concours littéraire du Gers. Les lycéens de Nogaro organisaient le prix et composaient le jury. À présent, les lycées de Mirande et de Condom s'y associent. Puis le lycée de Valence (Espagne) et, bientôt, celui de Lectoure. Le succès !

Succès aussi par l'ampleur de cette opération qui devient les Rencontres littéraires de Nogaro : dix auteurs sont invités, les cinq sélectionnés pour 2014-2015 et les cinq de cette année, plus le président du jury, romancier/romancière connue (Martin Page en 2014-2015).

La réunion de sélection des cinq romans de cette année aura lieu le 11 décembre. Et les Rencontres littéraires de Nogaro, le 20 mai. Alain Guyard (« La Zonzon , lauréat 2012), sera là.

Roland Houdaille

 

(1) Une junior association est créée par des mineurs ou des majeurs encore au lycée. Des majeurs peuvent y adhérer sans faire partie du bureau. On nomme un adulte responsable. La junior association suit les règles applicables aux associations loi 1901, mais est enregistrée par le Réseau national des juniors associations, qui apporte son aide.

Page 1 / 1

haut de page